Accueil / Sports / Escalade /

Tours d'Areu

Tours d'Areu

La vie de garçon - 2100m

Mathieu (& Alejandro)

Canicule annoncée, quoi de mieux que d’aller grimper au soleil ! Idée saugrenue mais pourtant mûrement réfléchie. Alejandro ne veut pas faire un truc trop dur (spolier : raté) avec vue sur le Mont Blanc et Mathieu en a marre de bouffer 1500m de D+ par jour. Math propose "Le vertige de l’oubli" au Vuardes, trop dur... Alejandro propose "l’Eau Rance d’Arabie" à la Blaitière, trop de deniv’... On fouille un peu et les Tours d’Areu semble un compromis parfait. 1000m de dénivelé, un cadre exceptionnel, un calcaire digne des plus beaux et une difficulté pas extrême. On remplit tous les critères, le prix à payer est de devoir supporter le soleil durant les 8h de sortie.

L’approche jusqu’au chalet de Doran sur piste carrossable déroule bien, ce n’est pas le cas de la suite. On empreinte un petit sentier qui monte raide en direction de la première tour. Une fois arrivés à son pied (ou presque), on bifurque sur une sente qui longe les tours jusqu’à la 5ème, la fameuse : la tour des voies dures. Pour nous ce sera la plus accessible mais qui reste bien soutenue dans le 6ème degré. C’est Alejandro qui ouvre le bal pour ne pas avoir à faire la longueur de 6c, le filou ! La première longueur est la plus facile et également la moins jolie, elle n’est pour autant pas inintéressante et permet de bien se chauffer. Il fait déjà 25 degrés à l’ombre et on est en plein cagnard… L2 en 6b+ est vraiment belle, une alternance de passages athlétiques et de pas plus fins. Le placement est de mise si l'on ne veut pas se dauber, l’escalade y est bien raide. L3, 6b+ (l’angoisse d’Alejandro) arrive, un début très physique mais très beau suivi d’une belle section en dalle avec des bossettes pour prises de main et de pied. Moyennant quelques galons de transpiration et un ou deux tirages au clou, il parvient au relai. Mathieu s’acquittera lui aussi de la dose de transpi requise mais sans tirer sur autre chose que ses doigts, une sacrément belle longueur.

Vient alors le crux de la voie, L4 en 6c. Le début déroule bien en dévers avec de bons gros bacs pas toujours dans le bon sens puis s’ensuit une section dure qui vaut bien le 6c, le placement est important si on veut passer. On vient alors buter sous un micro-toit, le crux. Les 5 mouv’ qui constituent la section dure sont très bien protégés et c’est tant mieux car c’est loin d'être aisé ! Après deux petites chutes en essayant des méthodes infructueuses, Mathieu se décide à changer de méthode pour la plus évidente mais qui paraissait dure pour du 6c. Broyage de la petite verticale pourtant évidente au dessus du point mais tout juste assez grande pour la première phalange de l’index et du majeur, remontage de pied, claquage de l’invers’ très haute, remontage de pied douloureux et bim, on jette dans l’écaille salvatrice. Le pas est passé, mais clairement cela vaut bien le 7a. Cette longueur qui est tout de même bien majeure. Alejandro arrive en second et tel un fou de la gâchette comme le ferait avec un colt 45, il tire à tout ce qui bouge (sous les mouvements de sa corde) pour se hisser au relais. Un peu rincé, déshydraté et sous une chaleur toujours plus accablante, il se lance dans la dernière longueur en 6a+. Sûrement la plus belle de la voie, une superbe traversée ascendante à droite pour remonter plein gaz le pilier et finir au sommet de la tour, le tout dans un niveau de difficulté bien moindre. Magnifique.

La descente s’annonce rapide, 3 rappels les uns sur les autres mais c’était sans compter un bon coincement de corde au deuxième rappel. Une première pour Mathieu qui se tape la longueur en 6b+ dalle qu’Alejandro avait faite. La corde débloquée, on file vite direction les chalets de Doran pour casser la croûte et rentrer à la maison à 18h pour re-casser la croûte. La montagne, ça creuse. En somme, une magnifique voie calcaire avec une approche réduite. Impatients d’y retourner pour enchaîner la king line "Alcootest" et pourquoi pas profiter du cadre idyllique que proposent les alpages de Doran et y faire un petit bivouac entre copains !

6 août 2020

Aravis

Burzier

8h00

200m

ED- / 6c max / P1

À propos

Barnô, c'est la passion d'un collectif de savoyards au modeste objectif de partager leurs expériences sportives et faire découvrir des zones alpines d'exception. Voilà, c'est dit !

instagram.png
youtube.png

L'équipe

Paul

Mathieu

Adrien

Tommy

Alexandre

Arnaud

Copyright © 2020. Tous droits réservés.

Barnô