GRANDE PARÉI

Sonatine - 2631m

Par Mathieu (& Anthony)

Grosse chaleur en vallée annoncée, vite on prend de l’altitude ! Encore de la neige sur les sommets et aucun regel nocturne… Avec des condis’ comme ça, il faut retourner à l’essentiel, à domicile dans notre beau cirque de Presset. Cap sur son extrémité ouest : la Grande Paréi, là où nous avions déjà effectué la voie « C’est pas le Pérou » avec Alex l’an passé. Un petit check des conditions de la voie à la jumelle depuis le balcon la veille pour s’assurer qu’il n’y a plus trop de neige sur les vires et on est bon.

Montés en voiture jusqu’au chalet du Mont Rosset, Mat a fait le pari de partir en tong, et comme on dit "la chance sourit aux audacieux", les premiers névés commencent juste sous le chalet. Quelques pas en pompes de ski dans la boue et hop, on met les peaux et on chausse. Pas de doute, aucun regel nocturne à 2100m. L’approche ressemble plutôt à une petite balade d’observation des marmottes qui, soit dit en passant, nous mettent une sacrée piquette à la montée... Pour notre défense, elles jouent à domicile. La pente qui mène au pied des voies est plutôt raide et avec cette neige, on galère un peu. Arrivés au pied de la voie, ou plutôt entre le premier et le deuxième point, on quitte les chaussures de ski pour les chaussons de grimpe.

C’est parti, Mat lead la première longueur en 6a qui ressemble plus à un petit 5c+. Le premier constat est le même que l’an passé : le rocher et la grimpe à la Grande Paréi, c’est que du bonheur. Arrivée d’Antho au relais, un petit tuto manip’ pour le cousin qui réalise sa première grande voie. Il part dans la deuxième longueur en 5a, 3 points, 35 mètres... Certes c’est facile mais ça met dans l’ambiance pour une première grande voie, on va dire que c’est le bizutage. Le début de L3 nous a conquis, une énorme et magnifique fissure que l’on remonte en mode dièdre, majeur dans le 5b. On est aux anges, rien ne peut nous arrêter, ou presque... Antho clippe la 2ème dégaine de L4, il va chercher une écaille main gauche avec un mouv’ plus ou moins dynamique. Surprise ! La prise explose et vole (Antho aussi par la même occasion). Malheureusement, elle trouve par la même occasion le casque de Mat qui a vu blanc pendant quelques minutes. Antho -vaché au point- repart après que Mat ait repris des couleurs pour une longueur magnifique en 5c dalle qui finira avec un belle traversé. L5 en 5c est magnifique sur une dalle à petites prises peu raide. L6 finit le bizutage, le crux de la voie, direct après le relais attend Antho (qui n’a plus trop confiance au caillou). Deux/trois pas de 6a sur grosse prises dans un dévers avec du gaz, majeur. Ensuite ça déroule jusqu’au sommet où l’on profite d’un beau soleil et d’une température forte agréable.

La descente est au moins toute aussi cool que la voie, on redescend direct dans la paroi par 3 rappels de 50 m. Le premier en fil d’araignée avec 150m de gaz dessous restera dans nos mémoire. On arrive au R4, puis R2, puis sol neige. On rechausse les skis et c’est parti pour une souplette de juin comme on en skie rarement, ça colle fort ! Arrivés à la voiture 15h, une bien belle sortie de 6h voiture-voiture pour une première d’Antho. On est ravis et on reviendra. On a  bien mérité la bière dans le canap’ devant Rolland Garros :)

4 juin 2019

Beaufortain

Chalet du Mont Rosset

6h00

170m

D+ / 6a max / P1

En voir plus

UNE QUESTION ?

À PROPOS

Barnô, c'est la passion de savoyards au modeste objectif de partager leurs expériences sportives et faire découvrir des zones alpines d'exception. Voilà, c'est dit !

Copyright © 2019. Tous droits réservés.

Barnô