Accueil / Sports / Ski de rando /

Pointe de Calabre

Pointe de Calabre

Face W - 3350m

Par Mathieu (& Anthony, Thomas)

Enfin le confinement est fini, et avec lui les beaux jours ! C’est avec une météo toute aussi incertaine que les prévisions de Météo France que nous sommes libérés de notre autarcie… Cela étant dit, on ne se laisse pas démonter : une belle fenêtre semble se dessiner ce jeudi 14 Mai et celle-là, on compte bien ne pas la laisser filer. Réveil 4h45 pour un départ 5h30, direction le barrage du Saut en vu d’aller skier un des couloirs nord de la Pointe de la Bailletaz. C’était sans compter sur la barrière qui bloque l’accès à partir du Franchet (1950m). Il est 6h, ça caille et il pleuviote, autant dire que le moral prend une sacrée rouste ! N’étant pas prêts à porter sur 300 de D+ (minimum) sous la pluie, on décide de changer de bord et nous voilà partis pour Val d’Isère et son fameux Pont Saint Charles. Nous ne sommes pas les premiers sur place, certains ont apparemment choisi l’option de dormir sur place dans la voiture pour faire la grasse mat’. Ce n’est pas sans surprise que l’on voit sortir non pas une, non pas deux, mais trois têtes par la porte arrière du kangoo !

On s’équipe et c’est parti pour du « à vue » avec objectif de porter le moins possible. Mais après le mois d’avril qu’on s’est tapé, on va quand même devoir se coltiner les skis sur le dos. 100m de D+ plus loin, nous chaussons enfin pour remonter la pente des Cavales. Thomas se prend une bonne zipette : fix non verrouillées et déchaussage en règle dans la pente à 35° bien dure. Une bonne petite frayeur. Comme d’hab’ les couteaux peuvent toujours servir mais ils sont dans le sac, et le sac sur le dos… Une fois arrivés sur le petit plateau de la Tenn de Rhêmes, le soleil tape déjà fort alors qu’il n’est que 9h. Le panorama se découvre et on s’émerveille du paysage : Grande Aiguille Rousse à droite, Grande Motte et Grande Casse dans le dos, Bazel à gauche et tout droit la Pointe de Calabre, super esthétique. Cible verrouillée, c’est à combien ce truc ?? 3350m, pffff on avait dit sortie tranquille pour la reprise. Tant pis, c’est trop classe. On reprend la route du col de Rhêmes-Calabre pour y arriver à 9h30. 2h30 pour un peu moins de 1000 de D+, c’est la reprise. La vue est à couper le souffle (l’altitude aussi). L’Italie se livre à nous, et plus on monte, plus on découvre de nouveaux sommets. On encape à skis puis à pieds la face W de la Pointe de Calabre. Ça brasse de la neige, on enfonce parfois à mi-chaussures, parfois à mi-cuisses. C’est épuisant.

Après 2h de galère à chausser, mettre les skis sur le dos, rechausser, remettre les skis sur le dos, laisser Thomas au bout de sa vie au milieu de la face, et finir par un petit passage de mixte sur un caillou qui n’a rien à envier à celui de la Vanoise dans la catégorie « tas de pierre », on arrive enfin au sommet. Et pour un sommet, c’est un sommet. Une belle pointe gazeuse qui continue par une arête plutôt fine se perdant sur un fond de Grand Paradis. Impossible de skier le sommet, trop sec. On parcourt l’arête sur 20m pour rejoindre une petite rampe qui permet de rejoindre la face W. Math part en premier, ça coule pas mal au premier virage mais le reste ne bouge pas. On essaie de skier sur des œufs quand on croise nos voisins du Kangoo qui montent ski sur le dos dans la face. Nous rejoignons Thomas pour finir la descente ensemble, d’abord sur une belle neige de printemps puis sur une belle soupe de printemps. On se rappelle -un peu dégoutés- qu’il va falloir finir par un portage mais ça en valait vraiment la peine. Les Alpes Grées, un massif magnifique et sauvage. On aura encore passé une magnifique journée en montagne !

14 mai 2020

Alpes Grées

Pont Saint Charles

6h00

1300m D+

AD+ / 3.3 / E2

À propos

Barnô, c'est la passion d'un collectif de savoyards au modeste objectif de partager leurs expériences sportives et faire découvrir des zones alpines d'exception. Voilà, c'est dit !

instagram.png
youtube.png

L'équipe

Paul

Mathieu

Adrien

Tommy

Alexandre

Arnaud

Copyright © 2020. Tous droits réservés.

Barnô