SHUISHÈ MOUNTAIN

TAIWAN 2017

12 février 2017

Itashao

8h00

1259m D+

T5

Après plus de dix jours passés entre les formalités et la recherche d'un logement sur Tainan, il est grand temps de prendre de l'altitude et de filer en montagne. Direction le Sun Moon Lake donc, un des plus beaux endroits de Taiwan si l'on en croit les guides de tourisme. Se déplacer à Taiwan en transport n'est pas si facile, la barrière de la langue y est pour beaucoup. Depuis Tainan, on enchaîne train local jusqu'à Taichung et ensuite bus qui nous emmène jusqu'à la gare routière du Sun Moon Lake, juste après Yushi Township. Si vous êtes en galère de transports, ne pas hésiter à demander, les Taïwanais vous aideront sans problème. Arrivés vers midi, nous voilà partis après un bon plat de nouille dans un petit boui-boui. Nous décidons de suivre la rive ouest du lac pour une balade de 3h avant de rejoindre le village aborigène d'Itasho (où nous avons réservé une chambre à l'hôtel), point de départ de notre sortie du lendemain. 

La nuit fut froide et courte, Alex et Géraud n'ont pratiquement pas dormi. C'est le déluge dehors, il pleut des cordes. Nous partons quand même pour rejoindre le sentier, il en faut plus pour nous décourager ! Du village, nous choisissons de suivre la route qui monte en direction de Kaifa en espérant que la pluie se calme d'ici-là (possibilité de prendre le sentier indiqué par les panneaux, mais plus de monde). Après trois épingles, nous arrivons à une intersection (arche caractéristique) où il faut prendre à gauche pour récupérer le sentier en amont. Pour se repérer dans la jungle, OpenStreetMap ou Maps.me permettent de repérer quelques sentiers autres que les sentiers touristiques. 

Le chemin grimpe sans se poser de question, nous sommes seuls dans une végétation impressionnante. L'ambiance est dantesque, on se croirait dans un film ! Le brouillard est à couper au couteau mais la pluie semble se calmer. Il est parfois possible de voir le lac en bas lorsque la végétation est moins dense ou la vallée de l'autre côté. Après 2h de marche, on rejoint le sentier "classique" qui nous emmènera jusqu'au sommet.    

Par Alex (& Anne-Cécile, Géraud)

UNE VÉGÉTATION LUXURIANTE ET
UN ÉPAIS BROUILLARD

A partir de là, le sentier devient plus raide et la végétation change avec l'altitude. On se retrouve sous une infinité de bambous. Le chemin est bien balisé jusqu'en haut et des cordes sont installées pour les passages un peu abrupts. Lorsque nous arrivons au sommet, la pluie a repris et nous sommes trempés. On décide toutefois d'aller jeter un oeil au sommet à 2100m (direction sud-est) en espérant avoir une vue plus dégagée. C'est raté ! Retour sur nos pas pour obliquer vers la descente côté nord. Le chemin de descente n'est pas facile à trouver (la plupart des gens le font en aller-retour). Il faut viser nord au niveau du sommet et suivre les balises plastiques tous les 4-5m sur les arbres.

 

Grosse ambiance lors de la descente, nous sommes vraiment seuls au monde. Après 2h de descente sous les arbres, on se retrouve sur une crête magnifique avec vue sur le lac et la vallée, une très bonne surprise. Le reste de la descente s'effectue sans encombres jusqu'à Youshuikeng. L'orientation lors de la descente peut parfois être difficile du fait de la végétation, il faut vraiment suivre les rubans sur les arbres. Une très bonne sortie malgré le temps capricieux. A faire en boucle pour éviter le monde et l'aller retour, et ne pas hésiter à tenter d'autres sentiers que ceux conseillés par les guides sur place.    

THE END.

En voir plus

UNE QUESTION ?

À PROPOS

Barnô, c'est la passion de savoyards au modeste objectif de partager leurs expériences sportives et faire découvrir des zones alpines d'exception. Voilà, c'est dit !

Copyright © 2019. Tous droits réservés.

Barnô